Léonora Fiol

                      Céramiste

 

A la découverte de son travail, on y mêle tous les sens... 

Tout d'abord, une approche visuelle, la matière est belle, les formes délicates, on sent une grande technicité, une maîtrise parfaite.

Puis vient le palpable... l'objet est en main, le contact. Rien de plus délectable que ce contact. La forme se joue dans la peaume de nos mains.

Les tasses ont un bec fin, mais ne vous y fiez pas, leurs bases sont solides et donnent une harmonie remplie de robustesse aux allures de fragilités. 

Chaque oeuvre est unique, chaque pièce à son charme et nous envoûte. 

Voici le superbe travail de Léonora. 

 

Contact :

 

Tél:

Mail: leonora.fiol@laposte.net

 

Dire à travers la matière une particule d'humanité, la goutte qui rejoint les océans, l'espoir qui perce l'ombre et l'illumine d'un feu sacré, le souffle qui nous anime pour embellir la terre, lumière dans les profondeurs.

 

Faire à tâtons, caresser la matière qui se met à parler, à chanter. Ecouter et souligner discrètement ces détails importants, révélateurs d'unicité universelle pour éviter les grossièretés écoeurantes, tout en jouant l'équilibre des contrastes.

 

Plonger dans la sphère, s'y installer, y grandir et l'ouvrir en coupe, prête à recevoir à écouter le chant des mondes.

 

Ce lent processus d'ouverture, prudent, attentif, qui toujours en tension cherche l'équilibre de la juste courbe comme un sourire.

Un sourire qui accueille et s'offre totalement, un espace actif s'ouvre, celui d'une oreille attentive qui reçoit, qui condense, mémorise et restitue par sa présence.

 

La coupe dans sa dimension d'offrande, de don, qui brille dans ses jeux de miroirs pour l'abondance porteuse de vie, de sens.

 

La coupe comme une suspension, un instant privilégié laissant la place à un nouvel espace qui nous relie. Une présence offerte comme une proposition de suspendre la course effreinée du temps et d'admirer le paysage oû défilent les nuages emportés par le vent avant de reprendre son chemin regonflé (rechargé?) par cette énergie.

 

La coupe qui porte en elle, dans sa matière même nos imperfections, nos contradictions, nos questionnements, nos cheminements, nos dépassements comme des trésors qu'elle emmène dans le jeu de la transformation.

 

L'air, le souffle primordial, la chaleur va dans un premier temps libérer l'eau qui gardait la terre molle, à la fois capable de tout et de rien, de chef d'oeuvres et de boue en préservant l'empreinte humaine.

 

Comme en l'enfant qui naît, l'air chasse le liquide, emplit ses poumons et lui donne une forme bientôt stable bien qu'encore très fragile et vulnérable.

 

L'attention bienveillante est indispensable pour mener à une réelle évolution incarnée et se traduit en multiples caresses successives qui peaufinent, épurent la forme déjà née.

 

Puis vient le feu des expériences décisives qui l'éloignera peu à peu de la dispersion, de la liquéfaction et va permettre un retournement, une réunification, un passage vers un nouvel état qui contiendra en mémoire et dépendra de tous ces aléas formateurs restituant à souhait les témoignages en hommage à l'humanité, à la vie magicienne.   

 

Léonora est une céramiste méticulleuse, proche de la perfection. Léonora réalise avec grande technicité de réelles prouesses. Léonora joue avec nos sens, ...

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now